Mon mental breakdown sur les réseaux sociaux: les dessous d’Instagram

Hello tout le monde; aujourd’hui on se retrouve pour un article bien différent de d’habitude puisqu’en effet, je compte m’y livrer bien plus qu’à l’accoutumée.

Si vous me suivez sur Instagram, ces derniers mois vous avez dû remarquer mon manque de présence voir carrément, mon absence… Ce n’était en aucun cas une décision réfléchie mais plutôt un mal nécessaire qui est arrivé peu à peu sans réellement que je m’en rende compte.

En avril dernier, dans le cadre de mes études, j’ai démarré un stage d’auto-entreprenariat pour développer mon activité de blogueuse (Instagram, le blog et YouTube); au cours de ce stage, je me devais de mieux connaître mon audience pour mieux adapter mon contenu, proposer des choses différentes etc. Mais il se trouve que ce qui devait me permettre de mieux interagir avec ma communauté m’a plutôt enfermée dans une case de chef d’entreprise qui cherche à communiquer pour vendre un produit (=moi); démarche qui dans le fond, ne me plaisait pas. Je suis devenue influenceuse un peu par hasard, il y a plus de 4 ans maintenant, jusqu’alors je n’était qu’une petite lycéenne qui se contentait de poster des photos de ses tenues dans son miroir ou alors ses achats chez Sephora. Mais ça m’est tombé dessus, un peu par hasard, une marque m’a contactée pour lui faire une photo d’un gommage, a reposté la photo et s’en est suivi un tourbillon d’abonnements. Je me suis retrouvée dans cette sorte de spirale où je ne savais pas quoi faire; si je devais continuer les photos personnelles de ma vie de tous les jours ou me tourner vers quelque chose de plus professionnel.

Pendant environ 2 ans, je me suis contentée de poster quelques selfies, mes tenues, des photos avec mes amis, de mes vacances, sans réellement me soucier de qui étaient tous ces nouveaux abonnés, et au final, ça portait ses fruits puisque bon nombre de personnes arrivaient encore tous les jours; cependant, ça n’impactait en rien ma vie personnelle et jusque là, je n’était aucunement considérée comme une « influenceuse » (ce terme n’existant même pas à l’époque).

En milieu de première année d’études supérieures, avec une communauté grandissante et un contenu plus « qualitatif » (plus de photos de tenues, des avis sur les produits que j’achetai…), bon nombre de mes abonnés réclamaient un blog, ou une chaîne YouTube, une plateforme plus tournée vers la communication. C’est alors que j’ai décidé de créer mon blog. De ce tournant décisif ont découlés plusieurs choses à savoir dans un premier temps les partenariat, ensuite la nécessité de la création de contenu, et pour finir, le besoin d’avoir un Instagram plus « professionnel », ce qui a entraîné la création de ce feed si personnel. Rêvant depuis toujours de travailler dans la presse féminine, j’ai toujours secrètement rêvé d’avoir mon blog, de pouvoir y écrire des articles, faire entendre mon avis; et la force de cette communauté derrière moi m’a donné la motivation.

Pendant un peu plus d’1 an et demi, mon blog comme mon Instagram fonctionnaient du tonnerre, beaucoup d’engagement, des photos plutôt « flatlay » ou de tenues et moins de vie perso, des articles billingues et à raison de 2 fois par semaine, plein de belles collaborations… et comme je le disais précédemment, à partir de Mars/Avril dernier, tout a commencé à s’écrouler. Sans raison, j’ai commencé à avoir de plus en plus de désabonnement sans pouvoir compenser par de nouvelles arrivées, du contenu de moins en moins vu et liké… Cela peut paraître anodin pour certains, mais j’ai immédiatement su que quelque chose se tramait.

Entre tous les scandales sur les fake influenceurs, les magouilles d’Instagram pour faire sponsoriser ses postes, l’arrivée des stars de télé-réalité en tant « qu’influenceurs », ça faisait beaucoup de choses qui commençaient à entacher notre « profession »; sans oublier le fait que maintenant, beaucoup de personnes s’auto-proclament inluenceurs et font tout pour le devenir, les dessous de ce métier de communication ayant été révélés et surtout étant à la portée de tous, on a vu une communauté de leaders d’opinion florissante au cours de cette dernière année, avec des personnes étant légitimes, et d’autres, non.

Je n’ai jamais souhaité en faire mon métier, car bien trop incertain et surtout sachant que ce n’est qu’une tendance, cependant, je prenait un plaisir incroyable à discuter avec vous, à vous partager mes tenues, réaliser des petits unboxings du jeudi soir en story… Et voir des abonnés de moins en moins réactifs voire… fantômes, ça a été le coup de grâce, on ne peut plus démotivant…

J’avais l’impression de continuer ma passion dans le vide, j’ai eu l’occasion de faire de beaux voyages (Paris, Disney, la Guadeloupe, New York…) et pourtant, les photos qui en découlaient ne marchaient pas, mes tenues ne marchaient pas, mes make up non plus, et encore moins mon quotidien. Alors vers cette fin d’année dernière j’ai commencé à ne plus poster en story, beaucoup de personnes très fidèles l’ont d’ailleurs remarqué, j’ai décidé d’arrêter de me forcer à fournir du contenu YouTube (cette plateforme étant bouchée de partout, il m’y est impossible de me faire une place bien que j’adore tourner des vidéos). J’ai prit la décision de me recentrer sur moi, ma famille, mes amis, et au final j’en suis arrivée à ne plus trouver le temps de créer et poster du contenu, et quand je le faisais, très peu de personnes le voyait ou y étaient réactif (150 likes pour une communauté de 19000 personnes, c’est quand même très étrange…).

Je suis tombée dans un cercle viscieux où je ne créais plus rien et où au final les gens ne réclamaient rien, comme si je ne manquais à personne. Je n’ai aucunement la prétention d’être devenue une « star d’Instagram » ni même de vouloir être indispensable; mais quand pendant 3 ans vous avez eu des contacts réguliers avec une communauté, des échanges, qu’ils appréciaient votre personne et ce que vous faisaient et que d’un coup, ils vous tournent le dos sans raison particulière, l’égo et l’estime de soi en prennent un coup…

J’ai commencé à développer une relation de haine envers Instagram; à envier les autres influenceuses, choses que je n’avais jamais faite jusqu’ici; à sérieusement me remettre en question, dans mon style, dans mon contenu, et même dans mon physique! Je me demandaient qu’est ce qu’avaient ces filles de plus que moi, pourquoi pour elles ça fonctionnaient toujours? Comment arrivaient-elles à passer outre cet algorithme qui fait passer les photos à la trappe? Le seul endroit où je trouvais et d’ailleurs où je trouve toujours ma légitimité reste le blog, j’adore écrire, et ce, depuis toute petite! Je continue de recevoir quelques produits (bien mois qu’avant ) pour les tester; je prends un plaisir incroyable à rédiger ma revue; à faire les photos, les swatches etc.

Aujourd’hui, je peux dire qu’Instagram m’a rendue malheureuse et je pense d’ailleurs ne m’en être toujours pas complètement remise. Voir ces milliers de filles super stylées, au physique incroyable, avec une vie de rêve qui vivent de leurs photos m’a rendue terriblement malheureuse. Certes, je n’ai jamais été digne d’une ChloéB sur Instagram mais j’avais ma petite communauté qui aimait suivre mon quotidien, accrochait à mon style et à ma personnalité et c’était bien suffisant. J’ai bien essayé de m’inspirer de ces comptes qui fonctionnaient, mais en vain, nous n’avons rien en commun, pas le même dressing, pas les mêmes décors, pas le même physique, et pas la même personne derrière l’objestif. Alors c’est simple de montrer une photo de ce compte et dire à son photographe « tiens, je veux que tu me fasses ça », mais chaque cas est différent et c’est d’ailleurs ce qui nous a menés à plusieurs disputes mon copain et moi. Des fois je voulais des tons neutres, des fois pas de feed, je regardais les photos qu’il avait pries en me disant « ça ne ressemblera jamais à ce que je veux » mais au final, qu’est ce que je veux réellement?

Instagram, ce n’est pas la vraie vie; je l’ai apprit à mes dépend quand tout ce que je pensais avoir construit s’est écroulé en l’espace de quelques mois. Cette petite notoriété que l’on pense se construire en ce moment quand n’importe qui peut monter en flèche grâce à internet et descendre le lendemain; ces centaines voire milliers d’abonnés qui ne sont au final que des gens comme nous…

J’ai au départ pensé à arrêter de suivre toutes ces personnes qui me rendaient malheureuse et au final le problème, ce n’est pas elles, c’est moi; ça devrait me motiver de les voir réussir, me donner envie de donner le meilleur de moi-même, sans pour autant chercher à leur ressembler; je n’ai à ce jour pas la solution à mon problème; je sais juste qu’il faut que je retrouve ce qui me rend unique, la raison pour laquelle toutes ces personnes ont commencé à me suivre, à avoir de l’engagement avec mon compte, à discuter avec moi… Ce qui fait que je suis devenue une « influenceuse » en dehors du fait d’être repostée par les marques. Si les gens sont restés c’est qu’il y avait une raison, un petit quelque chose qui leur donnait envie de me donner leur « likes » et je dois donc retrouver cette authenticité du départ.

 

Alors je ne dis pas que j’y arriverais, si ça se trouve, Instagram est tout simplement en train de sombrer et les autres personnes suivront, ou alors il en est à son âge d’or; en tout cas, une chose est sûre, plus rien sur ce réseau ne sera comme avant, il a, selon moi, perdu tout son sens le jour où son côté commercial a été révélé à tous et que n’importe qui s’est vu doté d’un pouvoir d’influence sur sa communauté, peu importe sa taille.

 

Quoiqu’il en soit s’il y a bien un réseau que je ne compte pas lâcher, il s’agit du blog, bien plus qu’un simple passe temps, c’est pour moi une réelle passion, écrire, partager mon avis, tester, être entendue, ce n’est pas pour rien que j’ai toujours rêvé d’être dans la Presse. J’éprouve un certain bien-être à vous livrer dans cet article tout le mal que j’ai pu contenir en moi ces derniers mois, et vous concernant, ne vous comparez pas à ces personnages fictifs créés par les réseaux, car c’est loin d’être la réalité; il est plus important de se préoccuper de passer du temps avec ses proches et à tout simplement profiter de sa vie « In real life » 😉

3 réflexions sur “Mon mental breakdown sur les réseaux sociaux: les dessous d’Instagram

Répondre à othxrside Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s